Infos

Confréries des Chevaliers du Brie de Melun  CCBM
Siège social et secrétariat  Hôtel de Ville   77000 MELUN
 
Téléphone
01 64 52 96 64
Fax
01 60 56 07 15


Prochains déplacements

 

  • 2 juillet Chapitre de la Confrèrie du Brie de Meaux  (77)
  • 3 juillet Grand Conseil de la Confrèrie
  • 8 juillet Confrèrie des vignerons de Sézanne en Champagne  (51)
  • 29 juillet Confrérie de la verte lentille du Puy en Velay ( 43)
  • 4,5 et 6 aout Fête des vins à Gaillac (81)
  • 27 aout Confrèrie de la St Fiacre à Orléans  (45)
  • 2 et 3 septembre Concours et chapitre de la Confrèrie du Maroilles (02) ; stand de vente du Brie de Melun
  • 16 et 17 septembre Dégustation et stand de vente à Réau (les macarons de Réau)  (77)
  • 17 septembre Chapitre de la confrérie du fromage de Neufchatel en Bray  (76)
  • 7 octobre MELUN FETE SON BRIE....à MELUN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2017-07-08-01 - Visite au Pays de Champagne

Le  samedi 8 juillet, après 2 ans d’interruption, la Confrèrie des Vignerons de Sézanne en Champagne et son Grand Maitre, Maurice Duguay accueillaient 17 confréries pour un grand chapitre qui a été l’occasion de plusieurs intronisations ; notre consœur Josette Chabane et notre confrère Bernard Bouteiller ont eu l’honneur de rejoindre  les Vignerons de Sézanne comme Chevalier...et ce avec un superbe diplôme. Une belle journée...mais un peu chaude !, un beau défilé en ville, accompagné d’un agréable groupe folklorique portugais...et un excellent repas qui a accueilli une centaine de convives....Nous attendons les Vignerons de Sézanne le 7 octobre prochain à Melun !


Participaient pour la Confrèrie     Josette Chabane, Monique et Bernard Bouteiller

Le brie, roi en ses royaumes

Par Marie-Béatrice Baudet du journal "Le Monde"

De Melun ou de Meaux ? Les deux villes de Seine-et-Marne se disputent la paternité du « roi des fromages », titre gagné lors du congrès de Vienne, en 1814.

Au début, on cherche les vaches. En principe, c’est un bon point de départ quand on s’intéresse à un fromage. Par la fenêtre du train, entre Paris et Meaux, on guette donc avec impatience la Marguerite ou la Noiraude, imaginant les apercevoir paître tranquillement sur le plateau francilien de la Brie.

Mais alors que les cinquante kilomètres défilent un à un, il faut se rendre à l’évidence : la culture lucrative de la betterave à sucre et le béton des cités-dortoirs et des parcs d’attraction ont relégué ces demoiselles à l’étable et dans les fermes-usines. Oublié le troupeau, le brie n’est plus dans le pré. Pour la couleur locale, il est préférable d’aller ruminer ailleurs.

De Gaulle avait prévenu : « Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ? »

Mais voilà que contre toute attente surgissent les spectres de Robert le Pieux, La Fontaine, Louis XVI, Talleyrand… Tous convoqués pour départager les deux grandes rivales de la Seine-et-Marne : au nord, Meaux, la cité épiscopale ; au sud, Melun, la préfecture.

Le couple, séparé par l’interminable nationale 4, s’arrache la paternité du fromage parisien, se disputant son histoire et sa renommée mondiale. La voilà, la légende du brie, celle qui se transmet encore et toujours au plus profond du département. De Gaulle avait prévenu : « Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ? »

Directeur du Domaine des 30 arpents, propriété briarde de Benjamin de Rothschild, Jacques Cochaud aimerait qu’il en soit autrement. L’agriculteur – ou l’industriel, on ne sait pas trop – a assez à faire avec ses « 180 vaches en production », des prim’ holstein écornées et confinées sous un immense préau, et qui donnent chacune entre 9 000 et 10 000 litres de lait par an.

L’exploitation est la seule à produire du brie de Meaux et du brie de Melun fermiers. Lui, ce qui l’intéresse, c’est la sélection des bêtes, leur productivité...

Pour en savoir plus :

http://www.lemonde.fr/festival/article/2017/08/14/le-brie-roi-en-ses-royaumes_5172066_4415198.html#0sTQecdbr7LOJSyj.99

Assemblée Générale du CERVIA

Mardi 21 juin, 1er jour de l’été, 37° à l’ombre à Paris, le CERVIA réunit son assemblée générale à l’Ecole des métiers de la table dans le XVIème ; la chaleur a-t-elle découragé la participation ? Beaucoup de chaises vides mais un quorum atteint, ce qui a permis au Président Gérard Hébert d’ouvrir les débats à 14h 30.

Le rapport moral et d’activités s’est appuyé sur ce thème «  d’une alimentation et d’une agriculture pionnières, performantes et durables » mis en avant par Valérie Pécresse, présidente de la Région, sans oublier «  la promotion des produits franciliens et la structuration des filières » ; le comptoir du carreau de Rungis permet d’ailleurs de mettre à la disposition des métiers de bouche d’Ile de France tout ce qui touche « au manger local ». Le salon de l’agriculture, porte de Versailles reste un point fort des activités du CERVIA, et si le Président Hervé Billet s’est félicité, au nom de la Chambre régionale d’agriculture de l’organisation du salon 2017, notre confrère Claude Maret, Président des fromagers franciliens, a déploré l’oubli des autres acteurs de la filière agro alimentaire et le peu de place laissé à l’élevage. C’est Jacques Mabille, notre confrère de la boulangerie parisienne, qui a présenté les résultats comptables 2016, en équilibre...un équilibre à respecter en 2017 même avec une légère réduction budgétaire (le Conseil Régional assure 80% des ressources) . Notre ami et confrère, Denis Jullemier, vice président ...et tout récent Président de l’ARIA a voulu insister sur la mise en place au CERVIA d’un groupe de travail devant répondre au plus vite à ces questions... « Quelle marque, quel signe, quel périmètre... ? »...une nécessité pour la promotion ! Certaines questions diverses sont revenues sur l’élevage, notamment laitier «  on manque de produits.. » affirme Benoit Chevron, vice président, «  Pourquoi ne pas installer des éleveurs venus d’autres régions ? », quant à Jean Claude Ghéhennec, 1er vice président, c’est une image noire qu’il a présentée de l’arboriculture régionale qui se meurt, notamment dans les secteurs ou elle était bien présente !

   
 

Pour clore cette chaude après midi, le Directeur de l’école qui recevait cette assemblée, a présenté son établissement « Jean Blas »  spécialisé dans des formations qui touchent restauration, pâtisserie, chocolaterie, tourisme ...et qui délivre depuis 30 ans des diplômes qui vont du CAP à la licence professionnelle... un grand merci aux élèves, qui dans une tenue impeccable et avec le sourire, ont préparé l’excellent buffet qui attendait les participants...même si le Brie de Melun était absent...on manque vraiment de produits !

Participaient pour la Confrèrie et l’Ambassade régionale, Louis Saby et Jean Michel Besancenot

Chapitre de la Confrérie du Brie de Meaux

Dimanche 2 juillet, alors qu’on comptait sur le soleil...c’est la pluie qui était au rendez vous, modifiant le programme ...le Chapitre solennel se fera à l’abri, à l’hôtel de ville et non pas, comme le veut la tradition, sur le parvis de la cathédrale...dommage !

A 9h, les 15 confréries présentes se retrouvent dans la cour de la cité épiscopale pour un petit déjeuner d’accueil ; nous faisons connaissance avec beaucoup de plaisir avec la Confrérie italienne du Gorgonzola et celle du Gruyère suisse représentée par le Président du canton de Genève. Puis, pour celles et ceux qui ne le connaissaient pas encore, visite du Musée du Brie de Meaux...un parcours toujours très intéressant.  Ensuite départ en tenue pour la cathédrale ou nous accueillent les Pères Philippe Legrand et Thierry Leroy ; une belle messe des confréries, très recueillie mais aussi très chaleureuse...ou les Pères Philippe et Thierry ont su mettre en avant le rôle joué dans notre société par les confréries. Le Chapitre, salle des mariages, à l’Hôtel de ville,  a vu l’intronisation, par le Grand Maitre Roger Meallier, de 13 personnalités dont celle du nouveau sous préfet de Meaux, Gérard Pehaut...et puis un évènement , l’intronisation du 1000ème Chevalier...ce sera une «  Chevalière », Michèle Garnier ; auparavant  3 nouveaux membres du Grand Conseil s’étaient vus remis les attributs de leur nouvelle fonction...notamment le costume et le célèbre chapeau !

Retour dans la cour de la cité épiscopale ou notre confrère Pierre Guichon, Président de la Confrérie, avait convié tous les participants autour d’une « lichette de Meaux » et d’un verre de Givry...et puis un excellent repas de gala suivra  pour clore ce XXVIème Chapitre solennel.

Rappelons que le samedi 14 octobre 2017 se déroulera  le 38ème concours national du Brie de Meaux...ce sera aussi le 25ème anniversaire de la Confrèrie !

Participaient pour les Chevaliers du Brie de Melun, Danielle et Louis Saby, Jean Michel Besancenot